16 Fév
2013
Posté dans : À l'écran, Articles
par    1 Commentaire

Sans chaînes, mais pas sans armes

Cette semaine, je suis allé voir Django Unchained, deux fois. Une par goût, une par hasard. Et devant le ravissement qui m’a saisi coté armes et costumes, j’ai décidé de vous parler un peu des premières.

Amis de la non-violence…

Affiche du film Djagon Unchained…passez votre chemin pour cette fois, on va parler de belles périodes de l’Amérique, où Samuel Colt rendait les hommes égaux et où Winchester n’était qu’un fabricant de chemises (mais pas pour longtemps…)

Une fois n’est pas costume, petit pitch du film :
Django est esclave noir dans l’Amérique de 1858, avant la Guerre de Sécession donc (pour rappel 1861-1865). Il est un jour délivré par l’étrange et élégant Docteur Shultz, un chasseur de primes d’origine allemande aux méthodes expéditives. Après avoir appris le métier auprès de ce dernier, Django parvient à le convaincre de l’aider à délivrer sa femme, prisonnière dans une plantation tenue par Calvin Candie, cruel propriétaire terrien dont le petit plaisir est le combat d’esclaves.
Mais bien évidemment, tout ne va pas aller aussi facilement que de l’écrire sur un blog…

Je passerais, presque malheureusement, sur la réalisation de ce chouette western Spaghettino, la superbe prestation de Chris Waltz comme celles de Jamie Foxx et Leo DiCaprio d’ailleurs.

D’ordinaire, quand je regarde un film, et un film historique en général, je dirais qu’environ 2 fois sur 3 je suis obligé de faire abstraction d’une quelconque forme de crédibilité historique dans les costumes et dans les armes. Et pour la période des western d’avant la guerre de Sécession c’est souvent pire…
Si toi aussi lecteur tu croyais qu’on pouvait impunément utiliser la Winchester et le colt qui tire sans s’arrêter de bonnes vieilles balles toutes en cuivre, détrompe toi ! Mais dans Django, tout est respecté, plutôt bien, si ce n’est quelques détails pour chipoter, et une trop forte utilisation de certaines armes. Mais c’est vraiment pour tirer gentiment l’oreille.

Fusil Henry 1860

fusil henry 1860

Tout seigneur, tout honneur. Le Henry 1860 est une arme à l’histoire et à la constitution amusante. C’est un des premiers fusils à chargement par la culasse et à répétition manuelle, à cette époque la plupart des fusils étaient des fusils à chargement par la bouche, à un coup.
Cette arme fut inventée par Benjamin Tyler Henry vers 1850 dans les ateliers de la New Haven Arms Company, elle est en fait une amélioration d’un pistolet existant. Pour la petite histoire, la New Haven Arms Company fut rachetée quelques temps après par des fabricants de chemises, du nom de Winchester… et le Fusil Henry sera légèrement remanié pour donner la célèbre Winchester 1866.

En 1862, il n’y avait que 900 Henry 1860 en circulation, dont beaucoup utilisées pour la Guerre de Sécession. Toutefois cette arme ne fut jamais adoptée officiellement dans l’armée, l’état major pensant qu’elle gâchait trop de balles, tout comme la mitrailleuse Gatling d’ailleurs.
Même si c’est un plaisir de l’y voir dans Django, le Henry 1860 est vraiment trop présent, quasiment chaque groupe de belligérant armé en a au moins un.

Colts Army et Remington New Army

armiesCes armes sont les revolvers emblématiques d’avant pendant et après la Guerre de sécession. Il s’agit d’un modèle assez lourd, en acier, bois et laiton, qui tire au coup par coup, c’est à dire que chaque tir nécessite de réarmer le chien. Sortez donc de votre esprit les cow-boy qui vident leurs armes sans prendre le temps de tirer ce chien en arrière !
Le calibre est en .44, il n’est d’ailleurs pas impossible que ce soient des modèles Navy, en .36, qui malgré leur nom furent plus vendus à l’Armée qu’à la Marine. La différence entre les deux modèles, outre le fabricant, est le coté plus « fermé » du New Army, le rendant moins sensible aux déformations.

Dans Django, les deux sont utilisés, à profusion, parfois par paire, et toujours correctement. Un plaisir, pour une fois, sauf pour le résultat hémoglobinesque. Mais rappelons que c’est un film de Tarantino !

Deringer

Deux deringerLe Deringer est l’arme préférée des joueurs de poker clichés et de la femme de saloon(ça tient dans les manches et dans les bas, bien pratique).
Il s’agit de petits pistolets de poches, inventés au XIXème siècle, à un, deux trois voir quatre coups pour les versions plus modernes. On le trouve régulièrement dans Django, puisque le Docteur King Schultz en a un en permanence dans sa manche, dont il fait plusieurs fois usage grâce à un petit mécanisme. Django, quand à lui, l’utilise aussi une fois.

Tarantino réalise avec cette arme son seul vrai grand écart, le modèle du film datant de 1866, une création Remington. Auparavant, les modèles étaient à un seul canon, c’est d’ailleurs avec cette arme que fut tué Abraham Lincoln quelques années après.

Par ailleurs, le facétieux Quentin est ici coupable d’un anachronisme d’anachronisme, puisqu’en fait dans le film le modèle de deringer utilisé est le même que celui de 1866, à un détail près… ce qui permet d’identifier ces armes comme des reproductions tout à fait modernes de Cobra !

Sharps Carbine

Sharps Carbine, modèle cavalerie

À trois reprises dans Django, les protagonistes utilisent un fusil pour des tirs de précision. Même si un article complet sur les tireurs et les fusils de précision de l’époque serait passionnant, on se contentera de signaler que leur vrai essor datera de la Guerre de Sécession, et ses célèbres Sharpshooters.

Il s’agit d’un fusil Sharps, un des fusils de précision les plus utilisés de la Guerre de Sécession, qui laissera son nom au terme de tireur de précision d’ailleurs (Sharpshooter). C’est une arme à chargement par la culasse, réputée pour sa fiabilité et sa robustesse, dont les premiers modèles furent construits en 1848 dans le Connecticut. L’image en haut est un modèle de cavalerie, avec un canon raccourci, mais d’autres modèles plus classiques avaient de longs tubes, et dans l’absolu c’est une arme qui a subi beaucoup de modifications pendant la Guerre de Sécession. Les tireurs de précision de l’époque utilisaient pour beaucoup des fusils militaires classiques, parfois modifiés par leurs soins, mais aussi d’autres fusils(parfois expérimentaux…) sans oublier le Whitworth, considéré comme le premier fusil de précision de l’Histoire.

Quelques apparitions

Et comme sinon cet article serait trop long, une petite listes des armes présentes mais que l’on voit moins :

  • La carabine spencer, une concurrente du Henry 1860, qui aura d’ailleurs de meilleurs ventes, utilisée par beaucoup des cavaliers du film;
  • Le Colt Dragoon, qui ressemble au Colt Army mais en plus court, utilisé par Lil’Raj lorsque Django vient le tuer, lui et ses frères ;
  • La carabine Remington 1858, une carabine à barillet, celle que Django a à cheval lors des dernières scènes du film ;
  • La carabine Enfield 1858 de cavalerie, plus courte que les modèles d’infanterie, que l’on voit utilisée par tous les gars en arrière plan pour qui il n’y avait plus de Henry 1860 ou de Spencer.
  • Deux « fusils de chasse », équivalents (nos modernes fusils à pompe), utilisé en version normale par les deux frères Speck au début du film, et par un des gardes de Candie en version courte à la fin. Bref, des armes pour faire de la dentelle.

Deux carabines

 

En définitive, allez voir le film. Pas pour les armes, mais pour le film en entier bien sûr. Pour ma part j’ai toujours un intérêt pour les armes de cette époque, on y voit vraiment la transition entre les siècles précédents et nos armes modernes. La Guerre de Sécession tout particulièrement a permis aux inventeurs, armuriers et génies militaires du monde entier de venir tester leurs créations en situation réelle aux États-Unis. C’est l’occasion de découvrir des armes parfois surprenantes, parfois expérimentales, mais qui pour beaucoup ont posées des fondamentaux que nous utilisons encore aujourd’hui.

Et, comme d’habitude, on notera que je ne fais en aucun cas l’apologie des armes, juste de l’Histoire qui leur a donné naissance…

1 Commentaire

  • Merci pour les détailles de l’histoire , bravo !!

Alors, vous en pensez quoi ?