19 Oct
2010

Eichmann (2007)

Suite à un énième soir d’ennui, je me suis décidé hier à regarder Eichmann, qui trainait dans mes affaires, l’occasion d’un petit article sans prétention.

Eichmann, Mari, père soldat, monstre...

Côté fiche, c’est un film de 2007, britanno-hongrois, réalisé par Robert Young avec Thomas Kretschmann, Troy Garity et Stephen Fry.

Comme le titre du film le laisse subtilement entendre, il s’agit donc d’un biopic sur la vie du haut fonctionnaire nazi Adolf Eichmann, responsable de la logistique de la déportation et de la Solution Finale. De quoi passer une soirée plutôt sombre donc.

Allociné passe vite fait dessus, les spectateurs lui donnent une note moyenne de 2,4 sur 5. La fiche du film chez allociné

Le Film

Plus en détails on y retrouve donc Adolf Eichmann, campé par un Thomas Kretschmann tout à fait antipathique, au moment de son interrogatoire dans les prisons d’Israël. En face de lui, Troy Garity dans le rôle du gentil flic Avner Less, qui va tenter de faire avouer l’ancien SS durant les 7 mois de son emprisonnement et 1h40 de film. Le tout ponctué de flash-back sur les souvenirs d’un Eichmann sûr de lui dans son bel uniforme d’Obersturmbannführer. Et parfois, parfois seulement, quelques preuves d’humanité. Lorsqu’il parle de ses fils notamment, ou des femmes qu’il a aimé. Mais jamais de regrets. La fin n’est un mystère pour personne, elle suit l’Histoire, et l’Histoire a pendu Adolf Eichmann le 31 mai 1962, à l’âge de 56ans, pour crimes contre le peuple juif, crimes contre l’humanité, crimes de guerre et participation à une organisation hostile. Sa responsabilité réelle dans les crimes nazis et dans la Solution Finale reste encore aujourd’hui remise en cause par quelques historiens.

 

Et l’Histoire?

D’un point de vue de l’historicité du film, il est clair que ce dernier est aligné. Très aligné en fait. Pour la plupart, les flash-back ne sont qu’une intarissable liste de méfaits, de l’exécution d’un bébé à celles de prisonniers en passant par les attitudes cruelles, rien n’est épargné à Eichmann. Où s’arrête la fiction, où commence la réalité, rien ne le dit, puisqu’il est fait mention que le film a été réalisé « à partir des notes des interrogatoires de Eichmann »

Eichmann lors de son procès

Pour une majorité des historiens les faits qui lui sont reprochés, dans le film comme dans la réalité, sont avérés et ce malgré le soin qu’Eichmann a pu mettre à effacer les preuves. À noter que le procès du haut fonctionnaire nazi a donné lieu en Israël à des appels à témoins, une volonté du Premier Ministre David Ben Gourion, pour mettre en lumière les exactions du génocide par les survivants de la Shoah, chose qui est plutôt bien rendue dans le film.

Le vrai intérêt de celui-ci réside, je crois, dans la confrontation entre les deux hommes. D’un coté le lieutenant-colonel SS, emporté par ses pulsions et « ses ordres »; et de l’autre le capitaine qui tente de garder son intégrité jusqu’au bout, cherchant des preuves réelles de la culpabilité de son prévenu et ce malgré les pressions de la foule, de son gouvernement, de sa famille.

 

Un film à voir? Probablement une fois. En conservant bien le recul nécessaire à la compréhension du sujet.

 

Alors, vous en pensez quoi ?